Marien NGOUABI oublié par les siens

C’est dans l’indifférence totale que l’on a célébré ce mardi 18 mars 2008 le 31è anniversaire de l’assassinat, encore jamais élucidé, du troisième Président de la République du Congo Marien NGOUABI, un homme très chairmatique. Ce dernier dirigéa le pays de 1968 à 1977 avant d’être assassiné le 18 mars 1977 au temps où le Congo était République Populaire du Congo.

Cette commémoration disons le depuis l’avènement de la démocratie a perdu de sa valeur, s’est déroulé sans action d’envergure permettant au peuple congolais de se souvenir de ce président qui jusqu’aujourd’hui demeure un mythe. Une simple gerbe de fleur déposé par les membres du gouvernement. Cel contraste avec ce qui se passait pendant le monopartisme. Mais ce n’est pas de cela que nous avons besoin aujourd’hui mais plutôt d’une action de la patrie reconnaissante.
Marien NGOUABI est de tous ceux qui ont dirigé ou dirigent le Congo celui que l’on n’arrive pas à classer non pas à cause de ses prouesses politiques ou des réalisations extraordinaires, mais à cause de son charisme. Il s’avait être proche des gens quelques soient leurs positions sociales ; étudiants, paysans, ouvriers, cadres, ils savaient les aborder et être attentif à leurs problèmes. On l’a vu dans les rues de la capitale, les salles de classe et laboratoire à de l’Université, les terrains de sport….

Mais comment un tel homme dont les congolais identifiaient leur pays à lui par l’expression : « le pays de Marien » et qu’ils ont immortalisés peut-il sombré dans l’anonymat 31 ans après seulement alors qu’ailleurs on vénère des personnalités que les générations actuelles n’ont pas vu.
Mon incompréhension est totale lorsque l’on sait que le parti aujourd’hui au pouvoir au Congo, le Parti Congolais du Travail (PCT), est celui dont il nous est dit qu’il en est le géniteur. Comment des Compagnons encore vivant et qui se réclament comme ses héritiers négligent-ils un des leurs ; cela dépasse mon entendement Africain que je suis. Faut-il rappeler qu’en Afrique les morts ne sont jamais morts.
Voulez-vous savoir ce qu’est devenu Marien NGOUABI ? Tenez le mec est devenu rien dans la mémoire collective à cause de ses compagnons au pouvoir. Il le prennent pour modèle mais font ce qu’il n’avait pas osé faire c’est-à-dire mettre les mains dans les caisses de l’Etat ;et, son parti le PCT est devenu à la fois le parti des voleurs de la République, du népotisme, tribalisme, mauvaise gouvernance voire synonyme de tous les maux qui minent aujourd’hui le pays. Les Compagnons après avoir sabordé le PCT on voulu le « refondé » pour faire disparaître à jamais l’immortel.
Il sont au pouvoir pour certains et d’autres en vie grâce à lui mais allé voir son mausolée à quoi il ressemble : je vous le dis à une poubelle. Mais ils ont l’audace de faire de ce lieu sacré la nécropole des dignitaires au pouvoir même les plus insignifiants. On a repeint les locaux de l’Etat major général de l’armée et ont a réhabilité les anciens locaux de l’assemblée nationale devenus Ministère de la Défense Nationale ; mais le Mausolée qui est au milieu des deux est resté dans un état pitoyable. Ne cherché plus ses assassins ils sont connus.
Non Marien NGOUABI ne doit pas sombrer dans l’oubli, oeuvrant pour que sa mémoire vive à jamais. Souvenons-nous que sa mort fut une catastrophe nationale en ce qu’elle a endeuillé des nombreuses familles congolaises mais surtout elle a entraîné la mort des personnalité importante du pays on peut citer : Alphonse MASSAMBA-DEBAT prédécesseur de NGOUABI et le Cardinal Emile BIAYENDA.
Ne perdons pas cette page de notre histoire sinon c’est une partie importante de notre histoire dont les conséquences sont encore visibles que nous allons perdre.

0 Réponses à “Marien NGOUABI oublié par les siens”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




leduo |
Le Bataclan de Mily |
kto260708 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mohamed SFA
| montauban
| Akbou centre du monde