L’Afrique malade de ses dictateurs

La « Star » aujourd’hui s’appelle Gabriel Robert MUGABE. C’est de lui que qu’on parle, la nouvelle honte du continent africain. Ce vieux dictateur de 84 ans au pouvoir depuis 28 ans vient de rempiler pour un mandat de cinq année à la tête du Zimbabwé. Ce pays qui acquis son indépendance en 1980 n’a connu que MUGABE dirigeant important.

Lorsque l’ancien président français Jacques CHIRAC déclara que « la démocratie est un luxe pour les Africains », nous avons tous sauté au plafond pour cette injure. Mais qu’a fait l’Afrique pour démentir Chirac? De la Tunisie en Afrique du Sud, du Kenya au Sénegal nous avons tous vu le déroulement des élections, les résultats et les désastres qui s’en suivis.

Je persiste à croire que l’Afrique avec ces dirigeants actuels quelque soit le pays n’est pas encore mûre pour la démocratie. Revenons à MUGABE voilà quelqu’un qui est passé « du héro au zéro » du continent africain. Un voleur de suffrage regeté par son peuple, il est bien soutenu par ses compères autres dictateurs eux aussi honnis par les populations. De cette bande des malfaiteurs il ne faut rien attendre, ils sont incapables de dire la vérité à MUGABE qui est de leur « secte des malfaiteurs du peuple » africain. »

Omar  BONGO ONDIMBA, le l’Emir du Gabon soit dissant doyen des chefs d’Etats d’Afrique, n’est qu’un des assassins de la démocratie africaine. Lui aussi voleur du suffrage universel par l’achat de conscience, fossoyeur de la constitution et président à vie que peut-il dire au Zimbabwéen sinon que le féliciter pour avoir suivi la voie du doyen . Quant à Thabo MBEKI, il ne faut pas compter sur lui car c’est un looser en diplomatie. Il a échoué partout où il a été médiateur: Burundi, Côte d’ivoire… en RD Congo c’est les contradictions entre les parrains des rebelles qui ont poussées les belligerents à discuter.

Cette bande des dictateurs a inauguré avec la crise au Kenya une nouvelle marque de leur démocratie. Il s’agit de voler les suffrages des opposants, pousser à la violence puis négocier en position de force à savoir comme Chef d’Etat élu alors qu’il ne l’est pas. Un Président démocratiquement élu peut-il préter serment dans la précipitation? Habituez vous à un nouveau concept inventé par nos bourreaux: LE MODELE KENYAN.

La crise du zimbabwé n’est pas une affaire entre les blancs et les noirs les occidentaux et les Africains comme certains veulent le faire croire. Il s’agit de la cupidité, la rapacité, la voracité bref de la dérive d’un homme qui est imbu de lui-même defandant ses intérêts et non ceux du peuple de son pays. Les fermes prises aux blancs à qui appartiennent-elles aujourd’hui; posez-vous la question. Les blancs ont fait du Zimbabwé ce qu’il était et MUGABE ce qu’il est aujourd’hui. Citoyens d’Afrique compté sur vous même et non sur vos ennemis au pouvoir dans vos pays. A MUGABE qui reclame son pouvoir de droit divin , je lui dis que MOBUTU se disait éternel où en est-il aujourd’hui?

CONGO: Une nation ingrate!

Il y’a quelques mois j’écrivais un article sur l’anonymat qui a entouré le 31è anniversaire de la mort du Président Marien NGOUABI et de l’état dans lequel se trouve son mausolée.

La nation congolaise a une fois de plus exprimé son ingratitude vis-à-vis d’un de ses illustres fils. Il s’agit ici du premier Président de la République du Congo: l’Abbé Fulbert YOULOU. C’est également dans une indifférence quasi générale qu’a été célébré le 35è anniversaire de la disparition de l’Abbé Président.

C’est sa propre famille qui a organisée au domicile du défunt à Madibou dans la banlieue sud de Brazzaville une messe en mémoire de l’ancien Président sans un représentant officiel de l’Etat. On y a noté seulement la présence des cadres ressortissants du Pool dont certains comme Claude Ernest NDALA, Bernard COMBO-MATSIONA, Nick FYLLA proche du pouvoir. Il y’avait aussi l’ex opposant, aujourd’hui affilié au pouvoir, Bernard KOLELAS, son fils et Ministre Parfait Kolelas, ainsi que d’autres dignitaires du MCDDI parti de KOLELAS comme le Ministre Hellot MAMPOUYA et Bernard TCHIBAMBELELA 2è vice-président de l’Assemblée Nationale.

Cette attitude ou ingratitude ne peut pas continuer; que ce qui sont au pouvoir aujourd’hui le sache que cela les poursuivra aussi. Si eux qui font « bien » aujourd’hui sont oubliés demain. Quel gachis pour l’histoire du Congo.

Il est tant aussi que l’on créé une nécropole où l’ on peut enterrer les fils illustres de la nation. Ce qui serait un lieu d’information historique pour le les générations futures.

On parle de l’unité nationale quel bel exemple aurait-on eu si YOULOU, TCHIKAYA, OPANGOT… étaient inhumés ensemble dans une même nécropole.?

Marien NGOUABI oublié par les siens

C’est dans l’indifférence totale que l’on a célébré ce mardi 18 mars 2008 le 31è anniversaire de l’assassinat, encore jamais élucidé, du troisième Président de la République du Congo Marien NGOUABI, un homme très chairmatique. Ce dernier dirigéa le pays de 1968 à 1977 avant d’être assassiné le 18 mars 1977 au temps où le Congo était République Populaire du Congo.

Cette commémoration disons le depuis l’avènement de la démocratie a perdu de sa valeur, s’est déroulé sans action d’envergure permettant au peuple congolais de se souvenir de ce président qui jusqu’aujourd’hui demeure un mythe. Une simple gerbe de fleur déposé par les membres du gouvernement. Cel contraste avec ce qui se passait pendant le monopartisme. Mais ce n’est pas de cela que nous avons besoin aujourd’hui mais plutôt d’une action de la patrie reconnaissante.
Marien NGOUABI est de tous ceux qui ont dirigé ou dirigent le Congo celui que l’on n’arrive pas à classer non pas à cause de ses prouesses politiques ou des réalisations extraordinaires, mais à cause de son charisme. Il s’avait être proche des gens quelques soient leurs positions sociales ; étudiants, paysans, ouvriers, cadres, ils savaient les aborder et être attentif à leurs problèmes. On l’a vu dans les rues de la capitale, les salles de classe et laboratoire à de l’Université, les terrains de sport….

Mais comment un tel homme dont les congolais identifiaient leur pays à lui par l’expression : « le pays de Marien » et qu’ils ont immortalisés peut-il sombré dans l’anonymat 31 ans après seulement alors qu’ailleurs on vénère des personnalités que les générations actuelles n’ont pas vu.
Mon incompréhension est totale lorsque l’on sait que le parti aujourd’hui au pouvoir au Congo, le Parti Congolais du Travail (PCT), est celui dont il nous est dit qu’il en est le géniteur. Comment des Compagnons encore vivant et qui se réclament comme ses héritiers négligent-ils un des leurs ; cela dépasse mon entendement Africain que je suis. Faut-il rappeler qu’en Afrique les morts ne sont jamais morts.
Voulez-vous savoir ce qu’est devenu Marien NGOUABI ? Tenez le mec est devenu rien dans la mémoire collective à cause de ses compagnons au pouvoir. Il le prennent pour modèle mais font ce qu’il n’avait pas osé faire c’est-à-dire mettre les mains dans les caisses de l’Etat ;et, son parti le PCT est devenu à la fois le parti des voleurs de la République, du népotisme, tribalisme, mauvaise gouvernance voire synonyme de tous les maux qui minent aujourd’hui le pays. Les Compagnons après avoir sabordé le PCT on voulu le « refondé » pour faire disparaître à jamais l’immortel.
Il sont au pouvoir pour certains et d’autres en vie grâce à lui mais allé voir son mausolée à quoi il ressemble : je vous le dis à une poubelle. Mais ils ont l’audace de faire de ce lieu sacré la nécropole des dignitaires au pouvoir même les plus insignifiants. On a repeint les locaux de l’Etat major général de l’armée et ont a réhabilité les anciens locaux de l’assemblée nationale devenus Ministère de la Défense Nationale ; mais le Mausolée qui est au milieu des deux est resté dans un état pitoyable. Ne cherché plus ses assassins ils sont connus.
Non Marien NGOUABI ne doit pas sombrer dans l’oubli, oeuvrant pour que sa mémoire vive à jamais. Souvenons-nous que sa mort fut une catastrophe nationale en ce qu’elle a endeuillé des nombreuses familles congolaises mais surtout elle a entraîné la mort des personnalité importante du pays on peut citer : Alphonse MASSAMBA-DEBAT prédécesseur de NGOUABI et le Cardinal Emile BIAYENDA.
Ne perdons pas cette page de notre histoire sinon c’est une partie importante de notre histoire dont les conséquences sont encore visibles que nous allons perdre.

Quitte l’Afrique

L’annonce effectuée par  Nicolas Sarkozy, de vouloir renegocier les accord de défense avec les pays africains où  sont stationnées les troupes françaises n’est qu’un juste retour des choses.

Depuis un certain moment, les populations africaines sont hostiles à la présence des bases militaires françaises. Les militaires français sont perçus comme des envahisseurs qui soutiennent généralement des dictateurs éternels. La Côte d’Ivoire n’a t-elle pas depuis longtemps demandé en vain le depart des envahisseurs français.

Le Tchad, vient d’être un exemple de cette crainte des Africains. Il y a quelques années c’était le Gabon.

Alors si aujourd’hui Sarkozy, decide de rénegicier ces accords, les Africains lui demande simplement de quitter le Continent africain et avoir avec l’Afrique des relations d’Etat à Etat et non des relation paternalistes ou de protectorat. Merci de partir.

Sarkozy: espoir déçu

Elu comme sauveur pour la France et l’Afrique ancien précarré français mais helas.

Pour ne parler que de l’Afrique où l’on a des dictateurs à vie, la volonté exprimé par le candidat Sarkozy de mettre fin à la françafrique avait fait naître un grand espoir de changement à l’intar du vent de la perestroïka au début des années 1990.

Si d’aucuns le redoutaient à cause de sa politique d’immigration jugée intolérante, beaucoup même à contre coeur ont souhaité son élection pour plusieurs raisons: La combativité,le charisme, le respect de la loi,réussite d’un fils d’immigré…

Mais depuis qu’il est arrivé il deçoit à la fois les français et les pauvres cons d’Africains qui croyaient en lui. Pour son premier voyage sur le continent il est allé chez les vieux copains et à l’Elysée, il reçoit en priorité les mêmes potes en montrant une farce avec la présidente du Liberia pour brouiller. Jusqu’alors aucun n’est parti; certains sont maintenus au pouvoir cas de DEBY , d’autres comme BIYA s’arrogent le droit de modifier la constitution au prix du sang.

Mon Dieu quel gachis cet Hongrois chez les Gaulois!!!

Protégé : Pour que ça change au Congo

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Bonjour tout le monde !

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.




leduo |
Le Bataclan de Mily |
kto260708 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mohamed SFA
| montauban
| Akbou centre du monde